Kill Your Boyfriend
Le patriarcat bande mou. Quelque chose est pourri au royaume de la flaque, les indices et symptômes croissent et se multiplient.
A se regarder jouir de son impunité, le mâle alpha n'a pas vu surgir l'obsolescence de ses propres attributs et fonctions symboliques.

Chloé Delaume


Bientôt (enfin) les deux premiers numéros : TRANSVESTYANN et BACKSTAGE.

 

  Transvestyann est une archive totalement arbitraire, collection d'images orchestrée par Yann Perol, qui concerne exclusivement (selon lui) le travestissement (plutôt masculin) dans l'art, le cinéma, la musique et la mode...
Transvestyann à été amorcé en 2011 et activé une première fois sous forme de blog de 2014 à 2015, puis redevenu·e confidentiel·le pour cause de pudibonderie et de censure, cet album de photos de famille est enfin édité et offert à l'appropriation totale par le lecteur qui, à sa guise et au gré des circonvolutions et rapprochement douteux de l'auteur tourmenté par Aby Warburg, pourra le connecter physiquement à sa propre collection dans un esprit libertaire, militant ou fanatique. L'histoire du fanzine étant intimement liée à l'envoi postal, il était évident de proposer une édition permettant de déjouer le catalogue de façon épistolaire : jouant sur une ambiguïté de forme (entre l'album Panini et une revue de fiches cuisines détachables) ce numéro est entièrement prédécoupé en cartes postales.
     
  Dans ce numéro Backstage, nous resterons enfermé·e·s dans un espace exigu et un peu claustrophobique. Il y fait chaud et humide, tout le monde est en sueur et l’air est enfumé. Mais pourtant, on y est bien, en sécurité, dans une bulle de sourires, de sensations exacerbées, de fatigue et de musique étouffée. Nous sommes dans le backstage de la Java, boîte de nuit mythique de la nuit queer parisienne. Trois photographes, Niz Denox, Jeremia et Igor Tourgueniev nous livrent ici quelques portraits, sur une dizaine d'années, des habitant·e·s magnifiques de ce microcosme accidentel et merveilleux.